pharmaland le jardin des futurs pharmaciens

forum des futurs pharmaciens Algériens
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Critiques littéraires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gidien
Garde champêtre
Garde champêtre
avatar

Masculin Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Critiques littéraires   Dim 13 Fév - 17:22

Je vais vous parler de Céline...Euh...Les deux, là derrière avec vos sourires béat qui pensait que je parle de Céline Dion. DEHORS.
Je parle, bien sur, de Louis-Ferdinand Destouches dit Céline. Le plus grand génie ( même si je ne crois pas à la notion de génie. Mais ça fait une jolie la phrase) du 20e siècles. Rien que ça. Un misanthrope paranoîaque, dont la plume suinte la haine et les jurons et qui ne voit dans les hommes que leurs face la plus sombre. Sa haine pour les hommes n'étant, sans doute, que de sa propres mal être et cette difficulté, propre à certain, de pouvoir accepter la douleur de la condition humaine.
Commençons par les infos inutiles, Céline est nait un jour. Il est mort un autre. On peut passer au choses sérieuses.
Avant tout, son premier roman "Voyage au bout de la nuit" Le "Voyages" pour les intimes. Une livre d'une extrême noirceur. Une oeuvres difficle à classé. Même si le récit de Bardamu-le personnage principale-semble épouser, à certain moment, la vie de la Céline. Notamment l'expérience de la guerre de 14, la découverte des Etats-Unis et du "système Ford". Bardamu n'est pas Céline. Bardamu est un personnage imaginaire que Céline fait délirer pour comme il dit, voir la vie " comme elle se présente". Il y a également une certaine présence du fantastique dans le "voyage" notamment le passage évocant la galère transportant Bardamu en Amérique. Le fantastique est, surtout, présent par le personnage de Robinson dont les rencontre avec Bardamu peuvent sembler au départ très fortuite mais qui au fur et à mesure deviennent de moins en moins plausible. Le "Voyage" est un livre d'une extrême noirceur, avec plein d'éclair de rire. Rire qui semble être le meilleur moyen, pour Céline, de faire à face à sa condition d'homme et la misère que cela suppose. On trouve dans ce livre, une influence certain de Rabelais, voire du "Candide" de Voltaire
Pour un auteur, il n'y a rien de pire que de commencer sa carrière, en publiant un tel chef d'oeuvres. Car par la suite, il difficile de rivaliser. Céline peu après, écrivit "Mort à crédit" que je n'ai jamais lu. Je ne peux donc pas vous en parler. Je dirai seulement, qu'une amie avec un très bon gout littéraire et de très beau yeux, aussi m'en dit le plus grand bien.
Mon cher lecteur contrairement à ce que tu crois en lisant les lignes, au dessus de celle ci, la plus belle oeuvres, selon moi, de Céline n'est pas le "voyage". Une autre merveille était caché, en lui prête à surgir pour irradier ce monde de sa beauté( un peu pompeuse cette phrase, je trouve) . Il lui aura fallu la guerre (la 2e), la fuite, la traque, la déchéance de Céline, en raison de sa sympathie pour Pétain et ses idées. Je parle, évidemment, de Féérie pour une autrefois. "Féérie" pour les intimes. C'est dans sa cellule, à Sigmaringen, que Céline retrouve sa plume, retrouve sa haine. Lui qui subit les visites de l'ambassadeur du Général de Gaulle qui ne rêve que de pouvoir l'extrader en France pour le guillotiner. La réticence des danois lui sauvera la vie. Il restera 2ans à Sigmaringen. Ce qui donnera le temps de calmer l'ardeur des guillotineurs chronique. Il raconte dans ce livres ces derniers jours en France, avant sa fuite pour l'allemagne puis enfin sigmaringen. Les menaces, les regards , les racontars de tout ces soi disant patriotes qui n'ont jamais hésiter à crier "vive Pétain" et qui maintenant à l'approche des chars américains ne souhaite que pendre, tondre spolier. Avec un style, bref, violent nerveux même. On peut sentir la peur devant l'incertitude de son sors et surtout celui de sa bien aimé. Ce livre vous imprégne.
Céline reste assez controverser, certains aurait bien voulu le jeter aux oubliettes. Mais la force de son oeuvres aura eu raison d'eux.
Mo chère Ferdinand, si je t'avais connu en chaire et en os. Je ne t'aurais pas beaucoup. En tant qu'homme tu n'étais qu'un enculée parmi tant d'autre. Il n'empêche ton oeuvres est hors du commun Smile)
Revenir en haut Aller en bas
Génétic
Eplucheur de patate
Eplucheur de patate
avatar

Féminin Nombre de messages : 82
Age : 77
Localisation : Alger
Date d'inscription : 27/01/2011

MessageSujet: Re: Critiques littéraires   Dim 13 Fév - 17:53

Merci gidien pour cet article, j'ai beaucoup aimé, notamment ce passage:
Citation :
Sa haine pour les hommes n'étant, sans doute, que de sa propres mal être et cette difficulté, propre à certain, de pouvoir accepter la douleur de la condition humaine.

Pourquoi dis-tu (je te tutoie, je le fais quotidiennement Wink ) la chose suivante?
Citation :
On trouve dans ce livre, une influence certain de Rabelais
Revenir en haut Aller en bas
gidien
Garde champêtre
Garde champêtre
avatar

Masculin Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: Critiques littéraires   Dim 13 Fév - 18:22

Parce que son livre s'inspire de gargantua et pentagruel dans le sens ou le livre de Céline est un récit de voyage imaginaire et fantastique, à la limite du délire. Comme les deux livres de Rabelais précédemment cité.

Tu peux me tutoyer. Je ne suis pas la reine d'Angleterre Smile


Erratum: "Sa haine pour les hommes n'étant, sans doute, que le résultat de son propre mal être et de cette difficulté, propre à certain, de pouvoir accepter la douleur de la condition humaine"
Revenir en haut Aller en bas
Le crève-cœur
Garde champêtre
Garde champêtre
avatar

Masculin Nombre de messages : 157
Date d'inscription : 13/08/2009

MessageSujet: Re: Critiques littéraires   Lun 14 Fév - 18:28

J’ai été conduit vers cette page sous les injonctions empressées d’un ami sur facebook qui y a vu une preuve que tous les étudiants en pharmacie n’étaient pas….Enfin, passons. Je tiens d’abord à saluer ton intelligence littéraire qui a su reconnaitre en Céline un génie (et un enculé aussi… parmi tant d’autres). Le dire, au moment où l’on crie partout et à grand renfort de trompette qu’il n’était qu’un petit salaud, ne peut être que le fait d’un célinien convaincu. Je me trompe?

Heidegger, pour son cours introductif à la philosophie d’Aristote, déclarait à ses étudiants en guise de préambule "il est né, il a vécu, il est mort". Tu fais pareil. Cette approche est à mon sens fautive en ce sens que Céline, Aristote ou n’importe quel autre individu est avant tout le "produit" d’une géographie et d’une époque. Les détails biographiques sous-tendent également et dans une grande mesure l’œuvre de tout écrivain. L’exemple de Céline est édifiant à ce propos. L’influence rabelaisienne est à discuter aussi, on peut inscrire les deux romans dans le registre picaresque mais parler d’influence cela me parait un peu court.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/home.php?#!/pages/lecorche-vif/110348135
gidien
Garde champêtre
Garde champêtre
avatar

Masculin Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: Critiques littéraires   Mer 2 Mar - 16:50

D'abord, je ne suis pas célinien. Je ne m'y inscris dans un aucun courant particulier. Je suis un inconditionnel de rien. Fan des Beatles seulement. Céline est un auteur que j'apprécie... Parmi d'autre.

Je n'aurais pas pensé que quelqu'un sur ce forum reconnaitrais la référence à Heidegger. Félicitation, cela m'impressionne...Je suis d'accord pour dire que c'est le monde extérieur qui modèle personnalité et que cette personnalité détermine largement nos actes et nos oeuvres.
Je pense, dans le même tmps, que ce n'est pas en sachant d'un auteur que son père faisait si, que sa mère faisait ça, qu'il a étudié à X et travailler à Y soit utile. Je ne vois ces information que comme une sorte d'écran de fumée qu'il faut dépasser. C'est en lisant ces écrit qu'on entre-aperçois la personnalité d'un individu. Les anecdotes de la vie ne sont que des leurres.

Au départ, je voulais écrire un texte plus long, j'ai vite changé d'avis. Pas le temps. Pas d'envie. Je n'ai pas développé pour cette raison l'influence rabelaisienne. Je dois admettre que le mot influence est un peu trop fort.


PS: pardon d'avoir mis autant de temps à répondre mais je passe rarement par ici

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Critiques littéraires   

Revenir en haut Aller en bas
 
Critiques littéraires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Textes littéraires sur le thème de la couleur.
» Dire ou cacher la vérité aux enfants: des exemples littéraires ?
» 3ème: faire découvrir les mouvements littéraires du XIX
» couples littéraires célèbres
» blogs littéraires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
pharmaland le jardin des futurs pharmaciens  :: Pharma-khayma :: Pharma Tchatche-
Sauter vers: